Raftul cu initiativa Book Archive

French 1

Questions féministes, n° 4, novembre 1978 issue 4 by Simone de Beauvoir (Directrice de publication), Maliña

By Simone de Beauvoir (Directrice de publication), Maliña Poquez, Heidi Hartmann, Gisèle Fournier, Colette Guillaumin, Marie-Jo Davhernas

Show description

Read Online or Download Questions féministes, n° 4, novembre 1978 issue 4 PDF

Similar french_1 books

Atlas de la littérature potentielle

Oulipo authors paintings

Additional resources for Questions féministes, n° 4, novembre 1978 issue 4

Sample text

Cf. Elena Gianini Belotti,£u côté des petitesfilles,Paris,Editionsdes Femmes, 1974, 261 pages. 4. L'administrationmise à part, ce supermarchéet deux usines de petite taille sont les seuls fournisseursd'emploi de la ville. Maigrela difficultéà trouverdu travail,certainesfilles préfèrentpartirau bout de huitjours d'essai. 44 Et le tour est joué. Et les fillesacceptent,acceptentcoûte que coûte,se laissentexploiterpar le patron,se laissenttraitercommeun chienpar le client, tout cela jusqu'aujour où les résistances Pas une ici qui n'aitcraqué s'effondrent.

WilliamO Neill a appelé les femmesparticipanta diversmouvementsde retormea la fin du XIXe et au début du XXe siècles les «féministessociales» pour les distinguerdes féministes qui les avaient précédées, comme Stanton et Anthonypar exemple. Leur intérêtprimordialn'était pas la cause des droits des femmes(Everyone Was Brave, Chicago : Quadrangle Books, 1969, part. chap. 3). WilliamH. New York : OxfordUniversitvPress. 1972. 62. Dans l'affaireRitchie contrele Peuple (155 11198, 1895), le tribunalavait décidé que le sexe seul ne constituaitpas un travail une raisonvalable pour priverpar un acte législatifun adulte du droitd'entreprendre et avait, en conséquence, frappéde nullitéune loi sur un horairemaximumpour les femmes; d'autre part, la Cour Suprême des États-Unisavait déclaré nulle une loi sur un horairemaximum pour les employés-boulangers(Lockner) ; les partisansd'une législationprotectricedu travail pensaientdonc que leur tâche seraitrude.

Pourça quoi ? Pourse fairetraitercommeun chien? C'estce que l'on pourraitcroirea priori,d'autantplus que certainschoisissent une méthodeparticulière : lancerles articlessurle tapisde caisse,au lieu de pour défoulerleur agressivité les poser calmement,si bien qu'ils partentdans tous les sens avant d'atterrir : «Tiens,chienne! Une façonde fairecomprendre etc.. Sans le sentiment, par moments,de ne plus êtreun êtrehumain,maisune machinefaisantcorpsavec la machineelle-même, dresséeà dans tous les sens du à amorcer le et souffre-douleur encaisser, terme,pompe fric, de la clientèlefrustrée.

Download PDF sample

Rated 4.38 of 5 – based on 14 votes